TRIVOUAC

TRIVOUAC

En forêt, sur un tige, le long d’une ancienne voie romaine. Un lieu de bivouac, dormir dans la matière, un lieu sacré,…

Une coque en bois retournée.

On pourrait penser à une barque retournée, mais l’objet est monolithique, sculpté d’une seule pièce, pour transparaître un mouvement, un élan.

La forme en ogive est privilégiée pour une question d’espace et pour sa dimension sacrée.

Elle se veut inspirante et de reliance entre le bas, notre chair, le moi de chacun, notre terre, et le haut, le cosmique, l’UN.

A la frontière entre sculpture, land art et (espace) fonction(nel).

Un texte sacré est gravé dans chacune des cahutes, invitant à l’éveil des âmes …

client

« La maison du tourisme Condroz Famenne », dans le cadre du projet Sentier d’Art

projet

appel à projet | land Art | œuvre refuge | gravures

lieu

en forêt, sur un tige, le long d’une ancienne voie romaine

matière

douglas hors aubier, robinier, chêne, grès du Condroz, bois locaux et branchages pour l’installation

utilisation

œuvre prisée et appréciée par les visiteurs, les « wanderers »…

année

2017

dimensions

¢ = 8 m/ h = 1.5 m

budget

4000 €

chevron_right

inauguration

Journée splendide, rencontre au gré des promeneurs, cuisse de sanglier à la broche, rire, soleil,…

A l’initiative de la maison de Tourisme Condroz Famenne et Vagabond d’Art ASBL – la Fête de mai, une marche est organisée et permet au promeneur d’aller rencontrer chaque artiste sur le lieu de son installation, de sa création, sa réalisation.

Je sillonnais le tige par temps nuageux, lorsqu’un rayon de soleil illumine cette esquisse de clairière. Je m’y glisse. L’air y est bon, l’énergie douce. J’y découvre en bordure trois couples de charmes qui s’entortillent comme des amours.

Sur les pas du retour, heureux de ma découverte et excité par la suite à venir, je tombe sur une belle grande plume de buse. Dans la futaie de mélèzes, j’aperçois certains troncs marqués par une longue crevasse spiralée sur l’écorce. J’apprends plus tard qu’il s’agit d’anciennes traces d’éclairs, car la butte y est propice

Waouh, voilà donc un lieu chargé de terre, d’air et de feu !

Un lieu sacré.

Un lieu de matière, celle du bois.

chevron_right

montage

Libois, en forêt, sur un tige, le long d’une ancienne voie romaine devenue branche d’un GR, un petite clairière s’aménage pour accueillir TRIVOUAC…

Transport, mélange de joie et d’excitation.

Arrivée sur site, moment de connexion…

Les pierres sortent toutes fraiches de leur trou, les dalles sont belles et pleines d’énergie. Elles proviennent de la carrière des Grès du Condroz à Marchin, dénichées par Kevin le gérant avec qui c’est chaque fois un plaisir de collaborer.

Philippe, Térence et Pol sont là au rendez-vous. On fend du bois, on terrasse, on rigole, on mesure, on place, déplace, on regarde, ça prend forme, quel plaisir.

Finalement les abris se déposent comment des feuilles. On y sera donc parvenu !

Nous avons la chance de profiter du site encore ces derniers instants. Avant que le projet ne lui soit complètement offert. Avant qu’il ne devienne sien.

chevron_right

réalisation

Sur le terrain, chez les négociants, en usine, en scierie, à l’atelier, dehors,…

Je tiens à remercier particulièrement Patrick  gérant de l’entreprise Artbois, pour l’usinage des grosses pièces et son accueil, ensuite mon papa pour la préparation du site et enfin Pol, Pascal et François qui mon accompagnés lors de la réalisation de TRIVOUAC dans mon atelier et sur site.

Le projet était ambitieux, surtout sur 10 jours…

Avec eux l’aventure a été riche, émouvante et passionnante.

Sans eux il n’aurait tout simplement pas abouti.

chevron_right

gravures

Un texte sacré est gravé dans chacune des cahutes, invitant à l’éveil des âmes …

Après maints essais, c’est finalement la gravure par CNC, suivie d’une « écriture » au chalumeau, terminé par un ponçage qui donnera le meilleur résultat.

C’est un succès, on peut lire clairement, on sent la matière, c’est gravé dans la masse et un mystère persiste sur le comment…

Merci à mon ami Erwan pour son implication et qui a tenu bon jusqu’à la dernière gîte !

Mon souhait est de vivre

Mon souhait est de grandir

Mon souhait est d’ouvrir les frontières de l’histoire que je me raconte

Mon souhait est de me transformer

Mon souhait est de faire circuler mes émotions

Mon souhait est d’oser mettre mes ombres devant moi

Mon souhait est d’écouter

Mon souhait est de lâcher la maitrise du temps

Mon souhait est de cultiver la diversité

Mon souhait est de trouver l’équilibre

Mon souhait est de laisser parler mon cœur

Mon souhait est d’aimer

chevron_right

conception

Je dessine, redessine, je « maquettise »,

Je ne compte plus mes heures…

Je veux la matière, un mouvement unique, pure,

Je veux la durabilité, le confort, la beauté,

Je veux une expérience

Je veux un objet sacré, un lieu sacré

Le chiffre 3 qui ressort…

L’objet « abri » est conçu pour permettre à une personne de s’y mettre assise ou couchée. En cas de nécessité, deux personnes pourraient se mettre dans une seule cahute.

La forme des objets en longueur invite au repos, et la pause. Des cocons de bois.

L’abri est réfléchi pour un confort de base en pleine nature :

Il coupe du vent en partie ;

La pluie ne peut pas pénétrer ;

Une dalle en grès faisant l’entrée permet d’avoir les pieds hors sol ;

L’abri est surélevé ce qui coupe du froid et de toute remontée d’humidité.

Mais l’abri se veut rudimentaire pour susciter l’expérience du visiteur.

chevron_right
keyboard_arrow_down